La valorisation d’entreprise


Qu’est-ce qu’une valorisation d’entreprise ?

La valorisation d’entreprise est une étape permettant d’évaluer précisément la valeur d’une société ; préalable à toute opération de cession, le travail de valorisation peut également être réalisé par des chefs d’entreprises dans plusieurs cas de figure :

  • Connaitre/diversifier le patrimoine,
  • Améliorer la gestion de l’entreprise
  • Améliorer le pilotage par la connaissance des forces et faiblesse de l’entreprise
  • Améliorer le potentiel de développement, la rentabilité et la solidité financière de l’entreprise

L’estimation correcte de la valeur de l’entreprise permettra ainsi de trouver le meilleur acquéreur, de mener des négociations fructueuses et de régler efficacement les différents processus administratifs. La valorisation d’entreprise nécessite évidemment une forte expertise – notamment dans le domaine de l’analyse financière – et c’est pourquoi l’accompagnement du Directeur Administratif et financier (DAF) externe est souvent nécessaire. Agissant toujours en tant que « business partner » du dirigeant, le DAF va ainsi procéder à une première analyse quantitative reposant principalement sur une évaluation financière. L’opération de valorisation va ensuite intégrer plusieurs éléments d’ordre qualitatif, tels que le secteur d’activité concerné, la concurrence, la clientèle, la récurrence du chiffre d’affaires, l’image et la notoriété de l’entreprise, les éventuelles démarches de RSE etc. L’estimation intègre ainsi de nombreux critères permettant d’évaluer les potentiels, les atouts, les spécificités et les faiblesses de l’entreprise. Régulièrement sollicitée par des PME désireuses de procéder à une valorisation, MontCel Développement accompagne également les chefs d’entreprise dans leurs négociations avec de potentiels acquéreurs, tout en garantissant l’accomplissement des formalités administratives. De même, MontCel Développement se tient également aux côtés des acquéreurs dans le cadre d’un audit organisationnel et financier permettant d’identifier les atouts, axes d’amélioration, risques et opportunités de la cible.

Il appartient également au DAF de choisir une méthode de valorisation adaptée aux spécificités de l’entreprise faisant l’objet de l’évaluation.

Les différentes méthodes de valorisation

On distingue en effet plusieurs méthodes de valorisation d’entreprise :

  • L’approche patrimoniale envisage comme son nom l’indique le patrimoine de l’entreprise, ce dont elle est propriétaire. L’actif et le passif de la société sont réévalués afin de les mettre en adéquation avec la réalité économique, avant que ne soit déterminée la valeur nette comptable.
  • La méthode de la rentabilité consiste littéralement à évaluer ce que gagne la société, qu’il s’agisse du bénéfice net, du résultat d’exploitation (REX), de l’excédent brut d’exploitation (EBE), de la marge brute d’autofinancement (MBA), de l’EBIT etc.
  • La méthode Goodwill ou survaleur combine les deux méthodes précédentes : le Goodwill est un supplément de valeur pour l’entreprise issu d’actifs incorporels non-inscrits au bilan : réputation de l’entreprise, son réseau, ses ressources humaines, ses brevets et démarches innovantes, ou encore ses engagements en termes de RSE ou économie circulaire, des tendances qui redéfinissent aujourd’hui les différents secteurs d’activités et contribuent ainsi à la valeur d’une entreprise aux yeux des investisseurs
  • La méthode des flux futurs, également appelée Discounted Cash Flows (DCF) ou Cash-flows actualisés est une référence en matière de valorisation d’entreprises. Elle permet de mesurer la capacité à créer des flux de trésorerie disponibles, et donc les flux financiers que l’entreprise sera apte à générer dans le futur. Cette méthode peut s’avérer pertinente pour l’acquéreur qui voudra savoir si le cash généré permettra de rembourser les échéances de la dette senior
  • La méthode comparative ou analogique par Peer repose sur une étude précise du marché, la valorisation passant ici par l’analyse de la concurrence. À travers un échantillon de sociétés (appelé « Peer Groupe ») similaires, un multiple moyen (ratio valeur/solde financier) ) est calculé avant d’être appliqué au solde de l’entreprise faisant l’objet de la valorisation